La Forêt Montmorency ouvre ses portes en tant que relais pour motoneigistes

Équipe Rédaction
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

LOISIRS. La Forêt Montmorency lance un projet-pilote qui a du bon autant pour les amateurs de motoneige que pour les chercheurs de la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l’Université Laval.

En ouvrant les portes de son pavillon en tant que relais pour l’hébergement, la restauration et le ravitaillement d’essence aux motoneigistes, la forêt d’enseignement poursuit un projet de recherche pour mieux comprendre les interactions entre la pratique de la motoneige, les usagers et leurs relations avec le milieu naturel.

«Il existe quelques études au Canada qui caractérisent les impacts de la motoneige sur nos écosystèmes, mais aucune n’a encore été réalisée au cœur de la forêt québécoise», explique le directeur des opérations à la Forêt Montmorency, Hugues Sansregret.

Fait important à noter : le territoire de la Forêt, lui, reste encore et toujours fermé à la circulation de motoneige.

Pour le président de l’Association des motoneigistes de l’Arrière-Pays, Gabriel Lemieux, le partenariat permet néanmoins de «démontrer, une fois de plus, le sérieux de notre organisation et la volonté de nos membres à pratiquer cette activité dans un esprit de cohabitation avec les autres usagers de la forêt».

Un étudiant de la Faculté entamera des recherches dès cet hiver auprès des motoneigistes et des autres utilisateurs de la Forêt, sous la direction du professeur Luc Bouthillier, professeur titulaire au département des Sciences du bois et de la forêt à l’Université Laval.

TC Media

Organisations: Université Laval

Lieux géographiques: La Forêt Montmorency, Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires