Fusion des paroisses : Après la réorganisation, la réflexion

Monica
Monica Lalancette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le format des messes et le rôle des six églises fusionnées sera repensé

RELIGION. Le 1er janvier, six paroisses de la Haute-Saint-Charles et de la Jacques-Cartier formeront la Communion de Communautés de Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette. L’organisation tournera la page sur plusieurs mois de réorganisation administrative pour désormais se concentrer sur les nouveaux rôles à donner à l’église.

2017 sera l’année de la «pastorale», résume le curé Mario Côté. Pour y arriver, on s’est d’abord attaqué au «travail en silo». Pour briser l’isolement des prêtres, le curé a eu l’idée de transformer le presbytère de Saint-Ambroise, à Loretteville, en une vraie maison pour l’ensemble des religieux.

C’est aussi dans cet esprit que les animateurs et les agents de pastorale, les secrétaires et les comptables s’installeront dans leurs nouveaux bureaux du presbytère Saint-André. «C’est pour favoriser une meilleure synergie et une meilleure communication. Donc un lieu de travail qui va être dynamisant». Ce qui deviendra en quelque sorte le quartier général de l’administration de la paroisse aura d’ailleurs à sa tête la première femme du diocèse de Québec à occuper la direction générale, Francine Guay.

Messes modernes

Le regroupement, ce n’est pas la fin des «couleurs locales», insiste le curé Côté, mais plutôt la naissance de «particularités». À Val-Bélair par exemple, le presbytère sera aménagé pour les séances de catéchèse, de façon à répondre aux familles nombreuses du milieu.

L’adaptation pourrait aussi se traduire dans le type de messe offert dans les quartiers. «Il y a des lieux de cultes qui ont une allure plus traditionnelle et d’autres où il y a plus de mobilité possible dans le cadre d’une église plus moderne», souligne M. Côté. Donnant l’exemple de Lévis où on tient une célébration hebdomadaire plus discutée et basée sur l’échange, le curé est d’avis qu’il y a matière à s’inspirer de ce qui se fait ailleurs: «J’aimerais qu’on prenne le temps, qu’on ramasse ça et qu’on se dise: nous, sans faire de copier-coller, qu’est-ce qu’on pourrait élaborer dans ce sens-là?»

Disponibilité

La Communion de Communautés ouvre par ailleurs la porte à des essais pour se rendre plus «disponible» pour les paroissiens, poursuit Mario Côté. C’est ce que vise le déménagement du bureau du presbytère vers l’église Saint-Ambroise au cours du mois de janvier. La manœuvre permettra de garder les portes du lieu de culte ouvertes en dehors des messes et du coup, «d’expérimenter plus d’ouverture pour les gens», conclut le curé.

Des heures de «présence» seront également assurées dans toutes les paroisses.

La nouvelle Communion de Communautés regroupe les paroisses de Saint-André, Saint-Martin-de-Val-Bélair, Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette, Saint-Émile, Saint-Gabriel-de-Valcartier et la Mission Notre-Dame-de-Lorette.

Surveillez la suite de notre couverture du regroupement des paroisses dans une prochaine parution sur le site de L’Actuel.

Également sur le sujet : Annexion des paroisses dans la Haute-Saint-Charles: Le décompte est lancé

TC Media

Organisations: église Saint-Ambroise

Lieux géographiques: Saint-André, Haute-Saint-Charles, Saint-Ambroise Loretteville Diocèse de Québec Val-Bélair Lévis Mission Notre-Dame-de-Lorette

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires