Le marché locatif de Québec poursuit sa lente détente

François
François Cattapan
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Parti de presque zéro au tournant des années 2000, le taux d'inoccupation du marché locatif continue sa lente amélioration dans la région de Québec. Il est passé de 1 % l'an passé à 1,6 % cette année, d'après les résultats de l’Enquête Automne 2011 sur les logements menée par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

«Malgré cette détente, la demande de logements locatifs reste soutenue. Non seulement, le climat économique de la capitale est propice à l’expression d’une forte demande, mais il est aussi responsable de l’important bilan migratoire de la région», souligne Élisabeth Koulouris, analyste principale de marché à la SCHL.

On observe que la disponibilité des logements varie d'un secteur à l'autre. Parmi les plus serrés, on retrouve dans l'ordre Sainte-Foy, Haute-Saint-Charles, Charlesbourg et Saint-Romuald. Parmi les plus accessible, mentionnons Beauport, Québec haute-ville et Lévis. Comme toujours, ce sont les grands appartements de plus de deux chambres à coucher qui sont les plus recherchés.

Cela fait craindre une pénurie dans certains secteurs de la région pour le Bureau d'animation et d'information sur le logement (BAIL). Surtout qu'on remarque une tendance chez les promoteurs immobiliers à privilégier les projets de petites copropriétés, plutôt que des logements locatifs. Reste à voir si les appartements ainsi libérés par les futurs accédants à la propriété seront suffisamment abordables pour trouver preneurs rapidement.

L'Enquête de la SCHL révèle enfin que le loyer moyen des appartements de deux chambres était de 718 $ en octobre dernier à Québec. La variation estimative du loyer moyen pour ce type d’appartement a été de 3 % entre l’analyse d’octobre 2010 et celle d’octobre 2011.

Léger recul provincial

L'analyse provinciale révèle que le taux d'inoccupation des logements locatifs a légèrement fléchi au Québec, passant de 2,7 % en octobre 2010 à 2,6 % cette année. Le Mouvement Desjardins voit cette relative stabilité du marché des appartements locatifs comme étant rassurante. À 2,6 %, le taux d'inoccupation demeure près du point d'équilibre évalué à 3 % dans le marché locatif. Celui-ci s'avère nettement moins serré que lors de la sévère pénurie au début des années 2000.

Par ailleurs, la hausse de loyers a avoisiné le taux d'inflation cette année. La progression de 2,6 % porte la moyenne des loyers des centres urbains de la province à 665 $ par mois. Ceux de Montréal, Québec et Gatineau avoisinent les 700 $, tandis que Trois-Rivières, Saguenay et Sherbrooke sont les RMR les plus abordables.

Organisations: Enquête de la SCHL, Bureau d'animation, Mouvement Desjardins

Lieux géographiques: Québec, Sainte-Foy, Charlesbourg Saint-Romuald Beauport Lévis Montréal Gatineau Trois-Rivières Saguenay Sherbrooke

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires