Marché canadien des résidences secondaires en hausse

Jacques Bélanger
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Selon les dernières données recueillies par Re/Max, le marché des chalets et maisons de campagne a connu, en 2012, un regain attribuable à la baisse des prix et à l’augmentation de l’offre.

Partout au Canada, comme au Québec, le marché des maisons de campagne a connu, en 2012, un regain. (Photo Re/Max)

Au total, les ventes de chalets dans 33 régions canadiennes ont été analysées, dont Les Laurentides et les Cantons-de-l’Est, au Québec, et, à la lumière de ces statistiques, on remarque que ces transactions ont surpassé les niveaux de 2011 dans 70% du marché canadien. Et, dans 6% des secteurs, le nombre de transactions effectuées en 2012 égale celui de l’année précédente.

Quant au Québec, les ventes sont restées stables au bas de la gamme dans les principaux endroits de villégiature. «On signale une tendance à la baisse des prix de départ dans 49% des marchés et une absence de variation dans 33% des marchés. Dix-neuf pour cent des marchés ont enregistré une croissance de prix de départ par rapport à l’an dernier», soutient Re/Max.

Une situation qui satisfait tous les budgets

Sylvain Dansereau, vice-président exécutif de Re/Max Québec se réjouit de la situation. «La bonne nouvelle, c’est que le marché canadien des chalets et maisons de campagne a de quoi satisfaire tous les budgets. Dans le climat actuel, le défi est d’établir un équilibre entre les attentes -celles des vendeurs comme celles des acheteurs- et les réalités du marché. Il n’empêche que la saison a connu des débuts encourageants avec la conclusion de nombreuses transactions. Nous avons eu de faux départs dans le passé, mais le marché présente toutes les caractéristiques d’une conjoncture favorable et prometteuse.»

L’embarras du choix

En dépit de la rareté d’habitations à vendre à l’entrée de gamme de prix, le nombre d’unités de maisons de campagne a connu une hausse dans presque toutes les régions, celles des Laurentides et des Cantons-de-l’Est, ne faisant pas exception à la règle.

Le segment des propriétés de moins de 400 000$ connaît une santé exceptionnelle partout au pays et les propriétés dites haut de gamme, soit de plus d’un million de dollars, suscitent également un regain d’intérêt dans plusieurs marchés. Re/Max constate également que le temps clément qui a régné sur le pays au cours de l’hiver dernier a également incité les acheteurs à entreprendre une recherche plus tôt que d’habitude dans de nombreuses régions du pays.

Enfin, mentionnons que contrairement à l’Ouest canadien, où les baby-boomers de plus de 60 ans ont profité des prix avantageux des résidences américaines, au Québec, la demande pour les résidences secondaires est alimentée, en grande partie, par les habitants de la province.

Lieux géographiques: Québec, Les Laurentides, Cantons-de-l’Est

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires