L'importance de l'alimentation lors de l'allaitement

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’allaitement est le meilleur lait pour le bébé. Mais quelle est la meilleure alimentation pour la femme qui allaite? Dans notre culture américaine, quand une mère semble ne pas produire assez de lait ou quand son bébé pleure sans raison évidente, elle entend souvent les gens autour d’elle lui recommander de changer son alimentation.

L'importance de l'alimentation lors de l'allaitement

«Enlève donc les produits laitiers, ça va marcher! Moi, j’ai arrêté le brocoli et le chou car ma belle-sœur me l’avait conseillé. J’aimais tellement le chocolat, dommage que je doive m’en passer comme du café», suggèrent certaines mères bien intentionnées.

Bizarre comme la clé de nos problèmes soit toujours dans notre assiette. On est trop gros, trop maigre, en diète, intolérant à certains aliments, anorexique, boulimique; bref, on est en santé si on finit son assiette, même sans appétit. L’allaitement ne fait donc pas exception à cette fixation sur la nourriture et pour la population en général, un bébé qui pleure ne reçoit pas du bon lait. Ou pas assez riche, ou trop riche ou pas assez tout court.

Dormez en paix, mères du Québec qui avez fait le choix éclairé d’allaiter votre bébé! En cette veille de l’Halloween, avant qu’une rage de sucre vous tombe dessus sans merci, je me ferai votre justicière masquée, votre Robin des Bois des épiceries. Que dis-je, votre Superwoman de la fourchette!

Disons tout d’abord que cette conception de l’impact de l’alimentation sur l’allaitement est typiquement nord-américaine. L’insuffisance de lait, qui est un problème fréquent ici est pourtant rarement vu dans les pays en voie de développement. Les femmes dans les cultures primitives ayant une diète modeste mais adéquate produisent du lait maternel sans détriments évidents pour elles-mêmes. De plus elles n’expérimentent aucune perte de bien-être ou de fatigue contrairement à certaines de nos mères bien nourries de notre culture civilisée. Partout dans le monde, des femmes ont une production adéquate ou même abondante avec une diète très inadéquate.

L’allaitement est l’aboutissement physiologique du cycle reproducteur. Il y a l’ovulation, la grossesse, l’accouchement et finalement, l’allaitement. La nature a conçu cette séquence naturelle, logique et efficace. Le corps de la femme se prépare pendant la grossesse pour l’allaitement qui va survenir. Cette préparation inclut non seulement le développement des seins pour produire le lait, mais aussi l’entreposage des nutriments et de l’énergie pour la production de lait. La transition entre l’accouchement et la pleine production de lait ne devrait pas être complexe ou requérir des ajustements majeurs pour la mère.

Le volume de lait que produira une mère varie pendant la lactation à partir des premiers jours jusqu’à 6 mois et plus mais ce volume est remarquablement prévisible, mis à part une malnutrition extrême ou une sévère déshydratation.

On entend d’ailleurs souvent que la mère qui allaite doit boire beaucoup. Il est faux de croire que le volume de lait va augmenter si la mère boit plus. En fait, des études ont démontré qu’une trop grande ingestion de liquides peut avoir l’effet inverse et faire baisser la production. Et si les liquides sont restreints, la mère aura tout simplement moins d’urine, pas moins de lait. Il est tout simplement suggéré aux mères de boire selon leur soif. N’oubliez pas que votre hydratation inclut l’eau présente dans vos aliments. Une étude estime que 22% de votre hydratation provient des aliments que vous mangez. Une façon de s’assurer de boire suffisamment est de boire à chaque fois que bébé demande le sein. Une mère trop occupée pour boire pendant la journée pourra expérimenter de la constipation, un des premiers signes de déshydratation.

Mais alors, que pouvez-vous manger? De tout! De tout avec modération. Mangez ce que vous mangiez enceinte, mangez ce que votre famille aime et sert. Ça ne sert absolument à rien de changer votre alimentation. L’allaitement fait partie de la vie. Et votre enfant goûte à toutes ses saveurs, à ce que sera sa nourriture plus tard. Il a goûté à ses premières saveur in utero grâce au liquide amniotique. Maintenant, il goûte tout à travers votre lait et c’est une richesse d’expériences pour lui. Une étude amusante a même noté que les bébés des mères qui avaient mangé de l’ail, revenaient plus souvent au sein.

Et pas besoin de manger pour deux (deux seins?). Le corps ne demande que 400 à 500 calories supplémentaires pour produire le meilleur lait qui soit.

Quelques questions courantes

1) Je n’aime pas le lait. Est-ce que je peux quand même allaiter?

Bien sûr! Boire du lait et faire du lait ne sont pas reliés. Pensez simplement à remplacer les nutriments du lait de vache par d’autres aliments. Par exemple, vous pouvez trouver du calcium dans des produits laitiers autres que le lait, dans certains légumes verts et dans le poisson en conserve.

2) Dois-je prendre des vitamines si j’allaite?

Si vous mangez selon le Guide alimentaire canadien et que vous et votre bébé avez au moins 30 minutes de lumière solaire par semaine, il n’y a aucune raison de prendre des vitamines.

3) Quels aliments devrais-je éviter pour allaiter?

Absolument aucun! Si d’aventure votre bébé semble réagir à un aliment, faites un test. Éliminez l’aliment suspect pour pouvoir déterminer si la difficulté disparaît. Si c’est le cas, éliminez cet aliment pour un certain temps. Dans la plupart des cas, un bébé qui semblait réagir à un aliment à un très bas âge ne réagira plus si cet aliment est réintroduit dans votre alimentation plus tard, même s’il est encore allaité.

4) Suis-je à risque d’ostéoporose si j’allaite?

Non. Allaiter pour 6 mois ou plus est la meilleure protection contre la perte de densité osseuse.

5) Est-ce que je peux donner suffisamment de vitamine D à mon bébé?

Le lait maternel contient de petites quantités de vitamine D et une exposition à la lumière du jour est habituellement suffisante pour maintenir un niveau approprié de vitamine D chez l’enfant allaité. Cependant, si vos vêtements ou ceux de votre bébé limitent la quantité de lumière qui peut être reçue, si vous avez la peau foncée ou si votre bébé est né prématurément, votre médecin vous recommandera probablement un supplément de vitamine D pour votre bébé.

6) Est-ce que je ferai assez de lait même si je ne mange pas parfaitement santé?

Votre alimentation n’a pas à être parfaite. C’est à votre avantage de manger sainement pas pour l’allaitement mais pour nourrir votre corps, votre futur et parce que vous êtes responsable des habitudes alimentaires de votre petite famille. * (Source: Odile Lapointe, IBCLC, RLC et consultante en lactation diplômée, pour le Carrefour Familles)

Lieux géographiques: Québec, Carrefour Familles

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires