Domptez vos démons avant de jouer en bourse!

Patrick
Patrick Voyer
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La bourse contient bien des mécanismes à connaître, mais avant d'y jouer, vaut mieux se préparer émotionnellement, selon l'expert Bernard Mooney.

La bourse contient bien des mécanismes à connaître, mais avant d'y jouer, vaut mieux se préparer émotionnellement, selon l'expert Bernard Mooney.

Directeur de la section Investir au journal Les Affaires, chroniqueur, blogueur et conférencier, M. Mooney jongle avec la bourse quotidiennement. Il en analyse les subtilités, la simplifie dans ses textes et conférences pour le commun des mortels et surtout, il s'est donné comme mission depuis quelques années de conseiller les investisseurs pour ne pas qu'ils tombent dans le piège.

M. Mooney avait déjà écrit en 2001 un ouvrage sur l'art de bien sélectionner ses achats à la bourse, comment flairer la "bonne affaire". Il disait par exemple de ne pas jeter son argent par les fenêtre en investissant dans une compagnie qui n'a pas généré de revenus et de profits au cours des cinq dernières années. «Le passé est garant du futur, précise-t-il. C'est rare qu'une compagnie va devenir très rentable tout d'un coup.»

Maîtriser les démons de la bourse est un peu la suite "obligée", car malgré ses enseignements en 2001, M. Mooney s'est rendu compte en parlant avec des investisseurs qu'ils n'avaient peut-être pas compris… «C'est comme quand tu as un surplus de poids: il faut que tu manges moins et que tu fasses plus d'exercice. Ok, mais au jour le jour, au-delà des crises émotionnelles et des aléas de la vie, vas-tu respecter ça?»

M. Mooney estime que 90% des joueurs en bourse ne savent pas ce qu'ils font. Ils croient à la pensée magique et se lance tête baissée dans une arène pas mal trop complexe pour eux. À la bourse, il faut pourtant garder la tête froide. «J'ai déjà vu des médecins investir dans des mines même s'ils ne connaissaient pas ça et ç'a été un désastre, alors qu'ils ont une compétence dans leur domaine!»

Ce qui empêche les investisseurs de jouer clairement est l'appât du gain, selon Bernard Mooney. «Plusieurs se font entraîner par d'autres, ce n'est pas rationnel. Ils n'ont pas de perspectives et prévisions financières solides. Leur plus grave erreur est de ne pas prendre ça au sérieux. Si vous pensez que c'est facile, je vous garantis que ça va mal se terminer», tranche l'auteur.

«J'utilise souvent cette image: «Un océan est-il risqué? C'est beau, mais si vous vous lancez sans préparation, rendu en plus milieu avec les vagues violentes, vous risquez le naufrage. Pour jouer en bourse, c'est pareil, ça prend de la précaution, on doit choisir le bon "spot" sécur, sans requin.»

Apprendre

Réussir en bourse est un apprentissage, d'après Bernard Mooney. Il faut non seulement contourner les pièges émotifs, mais s'habituer à perdre.

«La bourse a le "talent" pour aller chercher le pire en nous, alors si vous n'apprenez pas, vous deviendrez une marionnette.»

Bernard Mooney indique qu'il est normal d'échouer de temps en temps, personne n'est parfait en bourse. La difficulté, encore reliée aux émotions, est de l'accepter. «Sur 10 ou 12 placements que vous ferez, 2 ou 3 seront des fiascos et 2 ou 3 seront des coups de circuit. Mais ne rêvez pas au 100%. La bourse donne un rendement moyen de 4%.»

Des investisseurs sont évidemment des rêveurs. M. Mooney donne l'exemple d'un Américain dans son livre, qui n'hésite pas à jouer des millions par pure poussée d'adrénaline. Des gens à la "psychologie instable" comme ça sont comparables à des dépendants au Casino ou à la drogue, selon l'expert.

Pour éviter ces extrêmes et des pertes substantielles, Bernard Mooney conseille de se dresser une politique de placement avec des critères bien précis à respecter. «Ça vous pousse à vous poser des questions, telles que comment aborder la bourse ou comment réagir en telle situation. Car la plupart des gens se lancent là-dedans au hasard et ça les mène nulle part.»

 

Québec Hebdo

Organisations: Les Affaires, Québec Hebdo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires