Les couleurs de Jef Tremblay

Joany Dufresne
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C’est par la musique et la peinture que Jef Tremblay exprime depuis des années son besoin de création. Inspiré de la culture autochtone, il fait appel aux couleurs et aux rythmes pour lier les Québécois à ce peuple souvent méconnu.

C’est un reportage sur les Inuits dans le nord du Québec qui a initialement suscité l’intérêt de l’artiste de Charlesbourg. Profitant d’un séjour chez une amie à Mingan, Jef est tombé en amour avec ce coin de la province.

«C’est le rythme de vie et les valeurs des gens qui m’ont beaucoup inspiré. Ça m’a appelé à approfondir plus mes connaissances. J’ai ressenti beaucoup la distance même si les Québécois et les Autochtones vivent côtes à côtes. Il y a comme un fossé culturel par les préjugés. Et par la musique que je fais, j’ai senti le besoin de créer un lien», explique l’artiste peintre et musicien compositeur-interprète.

Des toiles aux couleurs vibrantes et des chansons aux rythmes originaux représentent les thèmes exploités par Jef. Ce sont des impressions sur la poésie de la vie, l’amour, la nature, son besoin de la protéger et son émerveillement qu’il nous livre par le biais de l’art populaire et la musique alternative.

«La nature, la couleur, pour moi, ça l’a beaucoup d’effets sur ce qu’on est. C’est un besoin pour moi et je sens que j’ai un rôle social à partager ses créations», dit celui qui ne pourrait dissocier peinture et musique.

Le chemin de traverse de Jef

Après avoir sorti quelques compilations avec son ancien groupe Jef et ses éléments et avec d’autres collaborateurs, Jef a lancé son troisième album solo intitulé Chemin de traverse le 10 avril dernier.

Comportant 11 compositions, l’album nous convie à un alliage de guitare, de tambour, de xylophone et autres instruments. Plus instrumentales que narratives, les trames représentent bien l’esprit autochtone dont s’inspire l’artiste. Des paroles en français et en innues ont été intégrées à certaines pièces dont les titres évoquent la nature.

«Souvent mes chansons sont des brides sonores auxquelles viennent se brancher des impressions de mots. Souvent je laisse aller le jet, puis après s’ajoute un texte plus tangible», avoue l’auteur.

«J’ai ressenti beaucoup la distance même si les Québécois et les Autochtones vivent côtes à côtes. Il y a comme un fossé culturel par les préjugés. Et par la musique que je fais, j’ai senti le besoin de créer un lien» Jef Tremblay

C’est dans un contexte de calme que Jef a pu livrer au Ninkasi le résultat de mois de travail. Il a pu donner beaucoup par sa musique à cinquante de spectateurs présents, ce qui qualifie de réussite.

«Je suis content de voir la réaction des gens qui semblent favorables parce que c’est quand même du matériel original que je fais. C’est assez authentique », affirme Jef.

Même s’il vient tout juste de sortir cet album, le père de deux enfants travaille actuellement à l’élaboration d’un prochain. Sous la thématique du courage et de la nature, il souhaite montrer la lumière et la couleur aux gens qui l’entourent.

«C’est très important pour moi. C’est comme le soleil. Il fournit l’énergie sans cesse et pour moi, c’est mon moyen d’être comme les arbres et les fleurs et de donner mon fruit sans cesse», conclut-il.

Groupe Québec Hebdo

Organisations: Groupe Jef

Lieux géographiques: Québec, Charlesbourg, Mingan

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires