Fierté égratignée à la Fête nationale des Québécois

François
François Cattapan
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Moment annuel charnière de notre identité, la Fête nationale des Québécois, qui devrait pourtant constituer une célébration de notre fierté collective, s'apparente hélas souvent avec des souvenirs de tristesse et de honte. Pour notre plus grand désarroi, la Saint-Jean-Baptiste s'avère depuis quelques années une beuverie à ciel ouvert qui dégénère en disgrâce. En fait, pour plusieurs, le 24 juin devient la seule journée dans l'année où il n'y a vraiment pas de quoi se targuer d'être pure laine. On peut même se demander comment tant d'immaturité pourrait conduire le peuple à sa pleine souveraineté. Peut-être que le jour où on saura fêter, on saura également mieux se gouverner. Mais ça, c'est un tout autre débat qui méritera néanmoins d'être abordé.

Déjà, Éduc'Alcool tente de passer le message auprès de notre belle jeunesse. (Photo gracieuseté Éduc'Alcool)

Entre-temps, la décision de la Ville de Québec de tenter de mieux encadrer la Fête nationale qui a trop tendance à déraper ne peut qu'être applaudie. Le maire Labeaume a décrété que c'était terminé. Le party d'ivrognes qui déambulent comme des zombies au coeur d'une ville du patrimoine mondial, la caisse de 12 bières sous le bras, c'est disgracieux et néfaste pour l’image de la cité de Champlain. Comme toujours, les abus et les excès du passé auront pénalisé la génération suivante. Désormais, la bière sera vendue sur place par les organisateurs et les débordements seront réprimés. Or, c'est peut-être là que réside le risque d'escalade. Connaissant le faible âge mental d'une foule éméchée, la présence dans les rues de la totalité de l'effectif policier pourrait bien, à elle seule, être perçue comme une provocation et contribuer à envenimer les choses.

Souhaitant limiter les dégâts post-célébrations, la capitale pourrait bien devenir l'artisane de son propre malheur. Par le passé, les fêtards ont saccagé plusieurs commerces et bâtiments, dont l'Assemblée nationale, siège du gouvernement de la nation dont ils sont censés souligner l'anniversaire. Le vandalisme à l'époque des années 1990 avait justement mené à une réflexion sur les moyens d'atténuer les irritants pour que la fête se déroule sans anicroche. Parmi les suggestions retenues, il était notamment question de réduire la présence policière et d'accroître la tolérance envers les participants qui se déplacent avec leur glacière sinon leur bar portatif. L'omniprésence des forces de l'ordre annoncée pour l'édition 2011 envoie le message carrément inverse. De plus, avec plusieurs dizaines de policiers privés de vacances pour cette période chaude, on peut craindre que la courtoisie ne soit pas nécessairement au rendez-vous.

Par le passé, on avait aussi choisi de concentrer les célébrations sur un même site, soit les plaines d'Abraham, afin de contenir la foule et de pouvoir tranquillement l'engourdir avec des prestations musicales en decrescendo jusqu'aux petites heures du matin. Le principe a donné de bons résultats pendant quelques années, puis la tendance aux écarts de conduite est revenue au galop. Une fois de plus, les abus d'une minorité auront pénalisé la majorité. Or, voilà encore que les autorités font volte-face et proposent jusqu'à quatre sites de musique. En plus d'éparpiller la foule, les nombreux périmètres de contrôle des sacs à dos risquent de repousser les indésirables vers des secteurs plus isolés. Le danger que la fête dégénère s'avère donc très réel. En fait, le meilleur moyen de refroidir les ardeurs des petits voyous malintentionnés serait qu'il pleuve toute la soirée du 23 juin…

Organisations: Fête, Assemblée nationale

Lieux géographiques: Cité de Champlain, Plaines d'Abraham

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Beaupré G.
    16 juillet 2011 - 01:35

    C'est notre fête Nationale et on est obliger d'avoir plus de policiers pour contrôler la foule. Quel image on projette dans le autres vile,provinces ou pays. Heureusement ce n'est pas tout le monde qui est de même. Dans les années à venir on pourrait donner le nom de La fête de Saint-Innocents. C'est pas beaau mais c'est le reflet de cette fête.

  • Stéphanie
    25 juin 2011 - 16:46

    Je pars de longueuil pour aller fêter la st-jean a quebec, et puis en arrivant, pas la police, mais les agents de sécurité fouilles mon sac, c'est tout a fait normal. Nous venions d'acheter deux bouteilles de coke 750ml et la il nous demande de la laisser au recyclage ou la boire au complet. Elles n'étaient même pas ouverte encore. Mais pourtant plusieurs personnes ont réussit a entré des 10oz de bouteilles de fort. Ou est la logique la dedans. Et plus tard nous avions quitté le site et avons acheter des bouteilles d'eau et nous avions retourné sur le site et la police nous a laisser nos bouteilles d'eau ouverte. Je trouve que les agents de sécurité poussait pas mal trop la note.

  • Retard's Digest
    17 juin 2011 - 23:50

    ... ben la .. notre saint-jean ! D: