Les frères Lamhamedi, développés au Québec, adulés au Maroc

Charles Lalande
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ils n’ont jamais skié au Maroc, mais représentent leur pays avec fierté

SKI ALPIN. Grâce au brio des deux frères Lamhamedi qui s’illustrent avec le Rouge et Or de l’Université Laval, le Maroc s’intéresse tranquillement au ski alpin. Assez surprenant, compte tenu des 5500 kilomètres qui séparent Adam et Samuel du pays d’origine de leur père.

«En ce moment, il y a beaucoup de controverse et de corruption dans le sport, particulièrement au soccer, alors les gens suivent d’autres disciplines», a expliqué Adam, âgé de 21 ans.

Adam a participé aux Jeux olympiques de Sotchi, en 2014, terminant en 48e place. Deux ans plus tôt, aux J.O. de la jeunesse, en Autriche, sa première position avait impressionné le Roi Mohammed VI, qui a aussitôt décoré le skieur.

«Définitivement le moment marquant de ma jeune vie. C’est tout un honneur.»

Samuel, 19 ans, était également en Russie, mais dans le rôle de substitut. Il n’a donc pas foulé les pentes, de sorte que les deux frangins ont les yeux rivés sur Pyeongchang.

Un père passionné

Leur aventure avec le ski alpin a débuté de façon anodine, alors que le père amenait ses deux fistons à des cours donnés par l’arrondissement Charlesbourg. De fil en aiguille, la passion et le potentiel leur sortaient par les oreilles, de sorte qu’ils ont joint le Club de ski Stoneham.

«Notre père n’a jamais fait de ski, mais c’est lui qui nous a poussé à en faire. C’est plutôt drôle», a avoué Samuel.

Lors des Universiades, au Kazakhstan, ils représenteront le Maroc et accompagneront leurs camarades de l’Université Laval qui défendront les couleurs du Canada. Une entente entre les deux pays permet à Ève Routhier, la dirigeante canadienne et adjointe avec le Rouge et Or, de superviser ses élèves marocains.

«Nous voulons montrer que notre pays peut briller en ski alpin sur la scène internationale», a dit le plus jeune de la famille.

Invité à donner son opinion sur ses deux protégés, l’entraîneur-chef lavallois, Sven Pouliot, n’avait que de bons mots pour eux : «Leur histoire est particulière. Ils ont pris leur carrière en charge, ce qui leur a permis de vivre de grandes expériences à un jeune âge. Ils ont des talents incroyables.»

Québec Hebdo

Organisations: Club de ski Stoneham, Université Laval

Lieux géographiques: Maroc, Québec, Jeux olympiques de Sotchi Autriche Russie Arrondissement Charlesbourg Kazakhstan Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires