La mosquée rouvre ses portes

CONTENU SENSIBLE: TC Media s’adressant à un large public, nous avons choisi de ne pas montrer certaines images difficiles à regarder. Soyez tout de même avertis.


Publié le 1 février 2017

FUSILLADE. Un peu plus de 48h après la fusillade qui a éclaté au Centre culturel islamique de Québec, les responsables ont ouvert les portes de la mosquée aux médias et au public.

Les portes du Centre culturel islamique de Québec se sont ouvertes mercredi sur une scène de crime pour ainsi dire intacte. Des taches de sang étaient visibles sur les murs et les tapis; les trous laissés par les balles dans les murs et les fenêtres étaient apparents; l'émotion était palpable. 

Pour les responsables de la mosquée, montrer la scène du crime était nécessaire : « On montre ces images pour que les gens qui essaient de contribuer à la haine, de contribuer à augmenter l’islamophobie; qu’ils pensent. Parce qu’il y a des vies derrière ça, il y a des familles qui seront dans le chagrin toute leur vie », a prononcé le vice-président du Centre, Mohamed Labidi.

Peu après l’ouverture, vers 9h, plusieurs membres de la communauté sont entrés ponctuellement sur les lieux; certains pour une courte visite, d’autres plus longtemps. Les larmes étaient difficiles à retenir pour plusieurs, dont Samir, qui relatait le fil des événements en montrant le parcours du tireur comme on lui a raconté.

Amel Henchere est venue brièvement constater l’état des lieux : « C'est notre devoir d'être ici. »

En étouffant un sanglot, Ahmed El Gandouri, a expliqué que la mosquée est comme une « deuxième maison ». Il aurait pu y être dimanche soir, mais sa batterie de voiture était à plat. C’est l’attachement qui l’a amené sur place mercredi : « On l’a bâtie avec notre sueur [la mosquée]. Tout le monde a mis l’épaule à la roue en respectant tout le monde. » Ce qui a été saccagé devra être reconstruit, conclut-il. Dans la douleur, M. El Gandouri n’en veut pas au tireur

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a levé le périmètre de sécurité mardi soir. La circulation sur le chemin Sainte-Foy a été entièrement rétablie par les policiers. Les activités de culte demeurent en revanche suspendues.

Avec la collaboration de Monica Lalancette et Marie-Pascale Fortier

TC Media