Les chats non stérilisés encore « trop » nombreux

Semaine nationale de stérilisation animale au Québec


Publié le 28 février 2017

Une vétérinaire stérilise un animal.

Comme ceux de Laval, les chats de Québec devraient avoir des licences, plaide la vétérinaire Valérie Trudel, qui ajoute sa voix à celle de la Société protectrice des animaux (SPA) de Québec. Cette mesure donnerait entre autres plus de moyens aux refuges pour stériliser les animaux errants.

La Ville de Laval est un exemple que Québec pourrait suivre en matière de réglementation animale, selon la vétérinaire de Québec, Valérie Trudel, présidente de l’Association des médecins vétérinaires en pratique des petits animaux (AMVQ).

Depuis peu, Laval oblige la stérilisation et l’identification des chats avec une licence. « C’est important pour avoir les données, c’est important pour le financement aussi et c’est important pour que les soins aux chats soient donnés », énumère-t-elle. En plus de « responsabiliser » les propriétaires, les licences pour chats permettent de financer la stérilisation pratiquée dans les refuges, plaide la vétérinaire.

Dans les Villes où on n’identifie pas les chats, les propriétaires de chiens sont plutôt les seuls à faire les frais pour la stérilisation des animaux abandonnés, témoigne le directeur de la SPA de Québec, Denys Pelletier. Québec devrait selon lui aller « aussi loin » que Laval. La porte de l’AMVQ est ouverte si Québec veut développer un tel règlement, dit Mme Trudel.

Un chat en attente d'une famille à la Société protectrice des animaux de Québec.

Les partenaires ont uni leurs voix mardi pour marquer la 5e Semaine nationale de stérilisation animale au Québec. Les chats sont des compagnons toujours plus populaires auprès des Québécois, selon un récent sondage SOM. Dans la province, on estime qu’ils frôlent désormais les 2 millions et qu’ils sont présents dans le tiers des foyers. Or, ils sont encore « trop » nombreux à ne pas être stérilisés, déplore Valérie Trudel.

Selon le sondage, les deux tiers des animaux adoptés ne sont pas stérilisés. Or, tous ceux qui ne sont pas dans un programme d’élevage « responsable » devraient pourtant l’être, plaide Mme Trudel. En 7 ans, un couple de chats fertiles aura enfanté un nombre astronomique de chatons qui peut dépasser le demi-million, illustre Denys Pelletier.

L’objectif de la 5e Semaine nationale de stérilisation animale au Québec est de stériliser 1000 chats errants ou abandonnés à travers le Québec. Les vétérinaires sont par ailleurs invités à distribuer des chèques-cadeaux aux propriétaires qui feront stériliser leur animal d’ici le 4 mars.

TC Media