Un complexe pour retraités de 65M$ à Val-Bélair


Publié le 11 avril 2017

Les propriétaires et cofondateurs du groupe Château Bellevue, Grégoire Turcotte et Frédéric Lepage.

©(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

CONSTRUCTION. Le Groupe Château Bellevue investit un montant de 65M$ pour la construction d'un complexe de dix étages pour accueillir des retraités actifs autonomes ou en perte d'autonomie.  

La construction du complexe est déjà entamée.
(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

Le complexe comptera au total 300 unités de type 2 ½, 3 ½, 4 ½ et 5 ½. Les appartements seront disponibles à l'automne 2018. Le prix d'un 3 ½ tourne autour de 1560$ incluant un repas, ce à quoi se soustrait le crédit d'impôt pour les aînés. «Ce n'est pas un complexe de millionnaires», défend le copropriétaire et PDG du Groupe Château Bellevue, Frédéric Lepage. Il estime en effet que le coût de ces loyers est moindre que d'habiter en appartement ou à la maison.

Les résidents auront accès à une piscine et un spa intérieurs, un gym, une salle de billard, une salle d'artisanat, une terrasse sur le toit ainsi qu'un sentier de promenade. Comme dans chaque château du groupe, celui de Val-Bélair comptera, dès la première phase, une unité de soins 24/7. La marque de commerce du complexe sera sa salle à manger, située au dernier étage avec une vue panoramique sur les alentours.

La construction de l'imposant bâtiment, qui est entamée sur la rue de l'Interlude, au Carrefour de la Bravoure, devrait créer une cinquantaine d'emplois, dont une trentaine seront permanents.

Le maire de Shannon, Clive Kiley, était présent à l'occasion de l'annonce, puisqu'il considère que cette construction aura des impacts positifs sur les personnes âgées de Shannon, autant que sur celles de Val-Bélair et la ville de Québec en général.

Stationnement

Démonstration des cuisines des unités

©(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

Lors d'une assemblée publique de consultation au conseil de quartier de Val-Bélair, une administratrice s'est questionnée à propos du nombre de cases de stationnements disponibles. Elle expliquait qu'à Val-Bélair, les gens ont besoin d'automobiles pour se déplacer.

L'un des deux propriétaires, Grégoire Turcotte, a fait savoir que, que tel que demandé par la réglementation en vigueur, 40% des stationnements seront souterrains et qu'au total, il y aura près d'un stationnement par unité. La réglementation demande 0,75 place de stationnement par unité résidentielle.

Selon la réponse donnée à cette administratrice lors de la consultation publique,  les visiteurs pourront utiliser les stationnements des commerces à proximité.