Sections

Investissement de 96M$ à la base militaire de Valcartier


Publié le 2 septembre 2017

La première pelletée de terre en compagnie des ministres.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

ARMÉE. Un projet de 95,9M$ pour la construction de nouvelles installations a été annoncé à la base militaire de Valcartier. Les structures serviront au 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) des Forces armées canadiennes.

par Geoffré Samson

Le gouvernement fédéral a officialisé le début des travaux qui s'échelonneront jusqu'en 2021. Le projet d’infrastructure comprend un nouveau bâtiment de plus de 18 000 m2, le remplacement de deux abris, en plus de la restitution et la démolition d'autres bâtisses. Les plans prévoient l'aménagement d’un stationnement et quelques services publics.

Le ministre fédéral Jean-Yves Duclos, ainsi que le secrétaire parlementaire Joël Lightbound, ont pris part à la pelletée de terre officielle, en compagnie du commandant Stéphane Boucher.

Les dirigeants de l’armée expliquent les travaux à venir.
(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Qualifié de véritable « couteau suisse » par M. Duclos, le 5e Régiment peut faire pratiquement tout. Leur nouveau bâtiment servira au maintien et à l'entretien de plus de 130 véhicules, dont certains spécialisés à la neutralisation et à la détection d'engins explosifs.

« Au cours de nos dernières missions en Afghanistan, nous avons acquis une expertise et des capacités uniques. Nous avons besoin d'un endroit pour entraîner et héberger nos jeunes Canadiennes et Canadiens. Le nouveau bâtiment permettra tout cela, car on ne voudrait pas qu'ils soient en danger lors d'une mission », explique le commandant.

Écoresponsable

La Défense nationale exige que les nouvelles constructions respectent des normes environnementales strictes, comme la cote Argent LEED (Leadership in Energy and Environmental Desing), et intègrera plusieurs concepts écologiques.

Sécurité intérieure

Questionné concernant les différentes menaces pouvant venir de l'intérieur du pays, le commandant Boucher mentionne « qu'il existe une collaboration et un échange de renseignements entre eux et différents corps policiers du Canada ». Il ajoute que des formations sont régulièrement offertes, de part et d'autre, afin de permettre aux militaires et aux policiers d'être à jour sur les possibles menaces et méthodes d'interventions.

Selon le gouvernement, le chantier devrait créer 250 emplois pendant les quatre années de travaux.