Sections

L'essoufflement du marché immobilier se confirme à Québec


Publié le 15 juin 2017

Le marché de la revente immobilière de Québec traverse une phase de détente.

©(Photo TC Média - Archives)

ANALYSE. Au cours des cinq dernières années, un essoufflement dans la conjoncture économique et démographique a freiné le rythme d’activité sur le marché de la revente dans la région métropolitaine de Québec. Globalement, le rapport entre l’offre et la demande, qui avantageait les vendeurs depuis plusieurs années, s’est détendu et a évolué en faveur des acheteurs.

C'est, en résumé, le constat que fait Nicolas Bernatchez, analyste de marché régional pour la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Dans l'étude <@Ri>Le marché sous la loupe – région de Québec juin 2017<@$p>, il remarque que l'immobilier connaît un certain ralentissement, après une période faste.

Comparatif du marché immobilier régional.
(Tableau gracieuseté)

Néanmoins, il appert que certains secteurs de la région affichent des conditions de marché équilibrées, ou même à l’avantage des vendeurs pour les maisons unifamiliales. Il s’agit de secteurs relativement abordables et situés près du centre de l’agglomération de Québec, soit : la Basse-Ville, Les Rivières, Charlesbourg, Haute-Saint-Charles et Val-Bélair–L’Ancienne-Lorette.

«La demande y est soutenue par l’arbitrage des acheteurs entre le prix des propriétés et la proximité des pôles d’emploi et de services. En même temps, la croissance de l’offre y est plus restreinte, ce qui contribue à y maintenir des conditions de marché plus serrées qu’en périphérie de la région métropolitaine», explique M. Bernatchez.

Stagnation en vue

Comparatif du segment de la copropriété.
(Tableau gracieuseté)

Du côté de la copropriété, la SCHL dresse un portrait moins nuancé. Le ralentissement des ventes et la construction soutenue de nouvelles unités pendant quelques années sur l’ensemble du territoire ont mené à une croissance importante de l’offre. Le marché est devenu nettement à l’avantage des acheteurs, dans l’ensemble des secteurs de la région.

D’ici 2018, on s’attend à une certaine stabilité de la conjoncture économique et démographique dans la région de Québec. Selon l'analyste de marché, «cette situation maintiendra le niveau des ventes sous la moyenne de la dernière décennie. Si bien que, dans l’ensemble, les conditions de marché demeureront similaires à ce qui est observé actuellement.»

TC Media