Le Malin-Firmier: parler santé sans s'ennuyer


Publié le 22 janvier 2017

Pier-Luc Banville, rédacteur en chef et fondateur de la Gazette du Malin-Firmier.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

INTERNET. Qui peut dire qu'il connaît réellement la santé? C'est la question à laquelle tente de répondre le blogue du Malin-Firmier, avec une série d'articles qui déboulonne certains mythes sur le sujet sous le regard de la profession d'infirmières.

Le Malin-Firmier, c'est d'abord l'idée de Pier-Luc Banville, étudiant en sciences infirmières à l'Université Laval. Impressionné par tout ce qu'il pouvait apprendre dans ses cours, il s'est donné le mandat de le partager avec ses lecteurs. «Je me disais que si moi qui étudie là-dedans, j'en apprends beaucoup, c'est quoi pour les personnes qui n'étudient pas en santé», se souvient-il. D'abord plus consacré à des anecdotes sur son milieu d'études, il a changé le mandat de son blogue pour y faire la promotion de la santé.

Depuis dix mois, il a créé son nouveau blogue où son équipe de collaborateurs et lui abordent différents thèmes reliés à la santé et aux saines habitudes de vie. Le ton se veut humoristique et familier, une façon selon Pier-Luc Banville de ne pas ennuyer ceux et celles qui parcourent ses textes. «On ne vise pas vraiment une clientèle en particulier, estime-t-il. On veut vraiment intéresser tout le monde, mais c'est sûr que parfois, certains sujets vont plus toucher un type de personnes plutôt que d'autres.»

Si certains peuvent voir une parenté avec le célèbre personnage du Pharmachien, Pier-Luc Banville nuance quand même les liens qui se font entre les deux blogues. «Déjà, le Pharmachien va utiliser la bande dessinée, alors que nous, on publie sous format texte. Ensuite, les deux, on utilise l'humour, sans avoir le même degré de sarcasme.» Les deux professions distinctes présentées dans les deux sites web amènent inévitablement des idées d'article différentes, selon l'étudiant.

Les deux hommes se sont d'ailleurs déjà échangé quelques mots, mais sans plus. «Je lui avais écrit personnellement pour lui dire qu'il m'avait inspiré, on s'est échangé quelques courriels, mais je ne l'ai jamais rencontré.»

À vos plumes!

Chaque collaborateur du Malin-Firmier, ils sont maintenant plus d'une dizaine, a le champ libre pour écrire sur les sujets qui l'intéresse. «Je laisse le choix libre aux rédacteurs, je n'impose jamais de sujets, insiste le jeune homme. Je leur dis d'y aller avec ce qui les intéresse, parce que c'est plus intéressant faire des recherches dans ce temps-là.» Santé mentale, vaccin contre la grippe, gastroentérite, habitudes de vie, les sujets sont variés.

Outre les problèmes de santé, la profession d'infirmière prend aussi une grande place dans le site du Malin-Firmier. «On voulait démystifier les mythes et les préjugés entourant la profession, explique Pier-Luc Banville. C'est une profession qui est proche de tout le monde. On sait tous ce qu'est une infirmière, mais personne ne connaît vraiment le rôle de l'infirmière.»

Le rédacteur en chef de la Gazette du Malin-Firmier avoue bien humblement ne pas avoir eu d'attentes face à son blogue qui a gagné en quelques mois une visibilité plutôt impressionnante. «Jamais je n'aurais pensé que ça aurait pris une telle ampleur en si peu de temps», laisse-t-il savoir. N'empêche, avec plus de 10 000 abonnés à sa page Facebook et 60 000 visites sur son site depuis sa création, le futur infirmier a de quoi se réjouir.

Québec Hebdo