Un printemps prometteur pour Québec et les environs


Publié le 28 février 2017

Le printemps est à nos portes.

©(Photo TC Media - Archives)

MÉTÉO. Les dernières semaines de février nous ont donné un aperçu de ce à quoi ressemblera le printemps: une saison aux températures douces, mais avec quelques moments de regel.

C'est un printemps prometteur qui s'annonce sur les régions de Québec et Chaudière-Appalaches, selon le météorologue chez Météomédia Bertin Ossonon. «Les températures seront tout près des normales de saison», estime-t-il. Pour les mois de mars, avril et mai, autant de jour que de nuit, on parle d'une température moyenne de 3,4 degrés Celsius.

Ça ne veut pas dire que l'hiver est fini pour autant, nuance toutefois le spécialiste. La région connaîtra encore de période de gel pendant les premières semaines du printemps. Habituellement, la province reçoit encore de 50cm à 100cm de neige pendant cette période. «Pour la région, c'est environ 60cm», envisage le météorologue. La pluie prendra elle aussi le relais cette saison avec environ 200mm sur la région.

Comme chaque année, la Capitale-Nationale et ses environs devront patienter un peu plus longtemps qu'ailleurs en province avant de voir le printemps s'installer définitivement. La neige au sol, plus abondante que dans bien des régions, retarde l'effet du soleil plus puissant à cette période de l'année. «Le soleil réchauffe la terre qui, à son tour, réchauffe la surface, explique M. Ossonon. La présence de neige retarde ce processus.»

Il faudra être particulièrement vigilant cette année avec la crue des rivières. Les fortes précipitations du début de l'hiver mêlé à de forts vents pourraient entraîner de plus fortes sorties de lit des rivières.

Le printemps est presqu'à nos portes. Un dernier mois à patienter selon des météorologues.

©DepositPhotos.com - Olexa Baliura

Quant aux lointaines vacances d'été, le phénomène El Nino qui commence à se replacer fait envisager aux météorologues un été 2017 plus chaud qu'à l'habitude. «Il est un peu tôt pour le confirmer assurément, croit M. Ossonon. Pour l'instant, on se souhaite surtout un beau printemps.»

Sirop d'érable hâtif

À l'Érablière du cap à Saint-Nicolas, c'est une année record en termes de première coulée pour le propriétaire Jean-Paul Tardy. «J'ai fait mon premier sirop le 24 février dernier, se réjouit-il. Ça ne coule pas beaucoup, mais ça coule.» L'homme a entaillé ses arbres la semaine dernière. Il est trop tôt cependant pour se prononcer quant à la production de cette année. «L'année passée, ç'avait été une année record, explique M. Tardy. Je ne sais pas si on va accoter ça.»

Les périodes de regel envisagées pour les prochaines semaines forcent la Sucrerie Blouin sur l'île d'Orléans à attendre encore un peu avant d'entailler ses arbres. «J'imagine que ceux qui entaillent à la chaudière ont commencé, mais nous, comme c'est au chalumeau, on attend, parce que ça pourrait sécher et on risque d'en perdre.» Son établissement devrait être en mesure de fournir une première coulée d'ici la fin de semaine du 11 mars.

Quant à l'industrie du sport d'hiver, elle connaîtra encore quelques belles semaines, croit M. Ossonon. «On a encore 73cm de neige au sol», affirme-t-il. Dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches, il faut généralement attendre jusqu'à la fin avril avant de voir la neige complètement disparaître. «On a du beau ski de printemps à prévoir», croit le météorologue.