Sections

L’ABC du BDSM

Une chronique de Véronique Vincelli

Publié le 4 avril 2017

Bien qu’encore tabou et plutôt mal compris, le BDSM regroupe une variété de pratiques.

Vous souhaitez découvrir de nouveaux contextes érotiques en vous initiant à l’univers du BDSM (sigle qui recoupe les termes bondage, discipline, domination, soumission et sadomasochisme)?

Afin de vous aider à vous familiariser avec son jargon, je vous propose un  petit lexique des termes techniques les plus souvent utilisés. Prêt à définir vos règles du jeu?

Aftercare : période de soins, de caresses et retour sur la séance entre dominé et soumis permettant une transition en douceur vers le monde «réel».

BD : abréviation de Bondage et Discipline, représentant les jeux qui s’invitent le plus souvent dans l’intimité. L’idée est de combiner, par le simple fait de priver la personne soumise d’un sens par exemple, la restriction physique ainsi qu’un contrôle psychologique. La discipline elle, rappelle le principe d’obéissance aux règles et aux punitions par l’utilisation d’accessoires variés.

DS : abréviation de Domination et Soumission, décrivant l’échange de pouvoir entre un dominant (celui qui assume le contrôle, également appelé Top) et un soumis (celui qui y renonce, dit Bottom) dans un scénario.

Fétiche : érotisation sexuelle d’un objet, d’une matière, d’une situation, d’une partie du corps, voire un élément généralement dénué de toute signification érotique.

Kinky : se dit d’une personne, d’une pratique ou d’un événement étant caractérisé comme hors de «l’ordinaire» ou inhabituel sur le plan sexuel.

Munch : rencontre organisée par les membres (ou les curieux!) d’une communauté BDSM qui se réunissent afin de discuter de leur sexualité.

Safeword : Indicateur verbal (pouvant dans certains cas aussi être gestuel) n’ayant aucun lien avec la sexualité, il est utilisé comme code de sécurité mettant automatiquement fin au jeu lorsqu’une limite est transgressée. Avant de se lancer, il est impératif de prendre le temps de définir une liste de limites qui devront être étudiées par les partenaires et respectées à la lettre.

Switch : désigne les personnes qui apprécient le fait de permuter les rôles entre soumis et dominant selon leurs partenaires ou leurs envies.

SM : abréviation de sadisme (satisfaction sexuelle obtenue par le fait d’infliger une certaine douleur érotique) et Masochisme (satisfaction sexuelle obtenue par le fait de la recevoir). Celle-ci regroupe les pratiques les plus extrêmes du BDSM.

Vanille : se dit d’une personne, d’un comportement ou d’un événement qui n’est pas lié au BDSM. Terme généralement utilisé pour définir une sexualité «conventionnelle».

Bien qu’encore tabou et plutôt mal compris, le BDSM regroupe une variété de pratiques (hors normes, mais pas nécessairement déviantes!) aux multiples nuances, où il est possible pour chacun d’y trouver son compte. L’essentiel reste que les partenaires s’investissent dans une relation consentante basée sur le respect, la transparence et la communication et soient sur la même longueur d’onde dans leur recherche de plaisir.

En librairie

Pour aller plus loin dans l’univers BDSM. BDSM : les règles du jeu de Jessica Caruso, éducatrice et chercheuse en sexologie à l'UQÀM.