Le réalisateur Ricardo Trogi remet les pieds au secondaire


Publié le 20 janvier 2017

RENCONTRE. Le réalisateur qui a signé les films 1981 et 1987 remettait les pieds dans l’amphithéâtre du Collège des Compagnons dans lequel il se souvient être « venu niaiser souvent » avec ses amis à faire des spectacles devant les bancs vides. Vendredi, son public était plutôt attentif.

L’ancien élève du Collège de Québec a rencontré une centaine de jeunes pour parler cinéma, en y allant de quelques anecdotes bien senties. Le réalisateur était l’invité du programme PROTIC au cours duquel les élèves dévouent leur projet de secondaire 4 à la création de courts-métrages.

Entre les anecdotes de sa rencontre avec Ozzy Osbourne et du court-métrage tourné dans une boucherie de Sainte-Foy, Ricardo Trogi a vanté les mérites de voler des radios d’auto comme emploi étudiant – au sens figuré : « Je m’étais dit : “Est-ce que je parle de ça? En faisant un film là-dessus [1987] je vais finalement avouer à un paquet de monde qui ne savent pas que j’ai fait ça…” Et la réponse c’est oui. Pourquoi? Parce que vous n’aurez pas de film intéressant si vous ne vous mouillez pas un peu; si vous ne mettez pas de ce que vous êtes dedans. »

C’est l’essentiel à retenir, selon lui, dans le métier qu’il fait et que les jeunes expérimentent. « Écrire sur ce qu’on connaît », est une valeur sûre pour Ricardo Trogi selon qui les jeunes ne devraient pas trouver ça « bénin ». « Souvent ces jeunes-là ont des emplois – tourner des boulettes au McDo… je sais pas moi – mais il y a sûrement des affaires le fun, drôles, à faire avec ça. Eux s’imaginent que c’est bénin, fait qu’ils se projettent comme détective et tout, mais t’as la gueule d’un gars de 14 ans, t’es pas détective. »

La formule autobiographique qui a fait le succès de 1981 et 1987 sera d’ailleurs à l’honneur une fois de plus dans le prochain long-métrage que prépare le réalisateur. L’écriture de 1991 est en cours et le tournage devrait commencer à l’automne. Le film s’inspirera du premier voyage en Europe du réalisateur qui consacrera la majeure partie du tournage sur le vieux continent.

Une première pour le programme Campus du Festival de cinéma de la ville de Québec

La conférence de Ricardo Trogi lançait les activités du programme Campus du Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ). L’organisation entend se faire plus présente dans les écoles avec des ateliers, conférences et présentations de films.

Le maillage avec le Collège des Compagnons qui organise un Festival de cinéma depuis près de 15 ans entre ses murs allait de soi pour cette première sortie du programme, soulignent les responsables.

Chaque année, les élèves du Collège doivent adapter pour le cinéma une histoire qu’ils ont écrite. Avec l’appui des enseignants de toutes les matières, ils expérimentent chacun des rôles d’une production : du caméraman au producteur, en passant par comédien.

L’équipe dont font partie Jérôme et Louis-Philippe comptait sur la conférence présentée à leur groupe pour être plus fixé sur « quoi faire et quoi ne pas faire ». Leur court-métrage suspense qui met en vedette un trafiquant de sirop d’érable est plutôt avancé, rapportent les jeunes. Pour Nicolas, Ludovick et Benjamin qui ont participé l’an dernier au projet, l’expérience est une bonne leçon de travail d’équipe et d’entrepreneuriat. Leur court-métrage a été nommé dans toutes les catégories et sacré gagnant dans trois d’entre elles au gala de l’an dernier.

TC Media