Début du procès pour une agression violente au IGA de Sainte-Catherine


Publié le 16 janvier 2017

C'est le calme plat au palais de justice de Québec ce vendredi. Formation juridique oblige, seule une salle de comparution criminelle était ouverte pour le suivi des dossiers du jour. (Photo TC Media – François Cattapan)

TRIBUNAL. Plus de 200 candidats jurés avaient été convoqués, lundi matin, au palais de justice de Québec. Finalement, ce sont huit femmes et quatre hommes qui entendront la preuve déposée contre Xavier Roy. Le jeune homme est accusé d'agression au couteau contre d'anciens collègues du supermarché IGA de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier.

Il aura suffi aux parties de voir défiler 25 candidats pour sélectionner les 12 membres du jury. Les personnes retenues sont principalement des travailleurs dans les domaines de la santé, des services professionnels, de l'administration, des finances, de l'assurance et de l'informatique.

Parmi les candidats jurés récusés, il y a notamment eu deux hommes qui ont admis des antécédents judiciaires, le premier en matière de voies de fait et l'autre… pour menace de mort. La première question qui était posée à chacun d'eux par le juge portait sur le lieu de résidence. Sainte-Catherine étant une petite communauté, sans doute que les candidats locaux auraient été remerciés d'office, ce qui n'a pas été nécessaire.

Rappel des faits

Les faits reprochés se sont déroulés le soir du 12 juin 2015. Selon le récit d'époque des événements, Roy était un ex-employé du IGA de Sainte-Catherine. En conflit, il avait démissionné la veille et était revenu, le lendemain après la fermeture vers 22h, pour réclamer de l'argent sur son ancien lieu de travail.

En plus des photos prises par les techniciens en identité judiciaire, l'agression sanglante a été filmée par des caméras du commerce. Le jeune homme alors âgé de 18 ans était cagoulé et armé d'un fusil à plomb ainsi que d'un couteau. Il a fait deux blessés lors d'une altercation qui a dégénéré, avant de prendre la fuite. Ayant été reconnu, il a été vite retracé et arrêté au domicile de ses parents, situé près du lieu du crime.

Procès de trois semaines

Prévu pour une durée d'environ trois semaines, le procès a débuté lundi après-midi. Aujourd'hui âgé de 19 ans, Roy fait face à des accusations d'agression armée et de tentative de meurtre. La cause présentée par le procureur de la Couronne, Me René Verret, et défendue par l'avocat, Me François Cauchon, est entendue par le juge Serge Francoeur.

TC Media