Une scène de crime horrifiante au IGA de Sainte-Catherine

Attention, les images peuvent être choquantes


Publié le 17 janvier 2017

TRIBUNAL. Une véritable soirée d'horreur s'est déroulée le 12 juin 2015, au supermarché IGA de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. Deux employés ont été sérieusement blessés, à la suite d'une agression sauvage après la fermeture du supermarché, au point où on aurait pu craindre pour leur vie.

À l'ouverture du procès de l'ex-employé du commerce, Xavier Roy, c'est la réalité que le procureur de la Couronne, Me René Verret, a tenu à exposer aux 12 membres du jury. Même si le présumé auteur n'a pu être formellement identifié, étant cagoulé, la poursuite entend faire la démonstration que le jeune homme de 19 ans a laissé plusieurs pistes qui le relient au crime.

Selon le récit d'époque des événements, Roy avait démissionné la veille en raison de conflits ouverts avec certains employés. Il est revenu le lendemain acheter une bouteille d'eau, avant de se cacher dans un endroit qui trahit sa connaissance des lieux. Il a attendu après la fermeture, vers 22h, pour surgir et s'en prendre à ses victimes.

Armé d'un pistolet à plomb et d'un couteau achetés le jour même dans un Canadian Tire de Québec, il a fait passer des moments de terreur à un employé et une gérante. Premier témoin appelé à la barre, le technicien en identité judiciaire a présenté et commenté des photos prises quelques instants après l'agression. On y voit des traces de sang en abondance derrière les caisses et dans un bureau administratif. Les images transmises aux médias témoignent de la violence de l'altercation.

Dans les premiers jours du procès, la Couronne entend renforcer la trame dramatique de ce méfait qui aurait pu coûter des vies, en présentant deux vidéos tirées de caméras de surveillance. La première montre Roy en train de faire ses emplettes d'armes, tandis que la seconde fait revivre en direct l'agression sanglante qu'il est soupçonné d'avoir perpétré sur son ancien lieu de travail.

Ayant pris la fuite par l'arrière du magasin, l'ex-emballeur a été dénoncé par ses ex-collègues qui ont déclaré aux enquêteurs avoir reconnu sa voix. Il a été vite retracé et arrêté au domicile de ses parents, situé près du lieu du crime.

Le procès devant jury doit se dérouler au cours des trois prochaines semaines devant le juge Serge Francoeur. Xavier Roy fait face à des accusations de tentatives de meurtre, séquestration et port de déguisement.

TC Media