Un entraînement extérieur pour aérer l'esprit

Le Drakkar de Baie-Comeau au Parc du Grand-Héron


Publié le 28 janvier 2017

HOCKEY. Le Drakkar de Baie-Comeau a fait un arrêt au Parc du Grand-Héron, à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, samedi après-midi, pour la tenue d’un entraînement en plein air. Les Vikings sur patins en ont profité pour se détendre et s’amuser entre deux «gros matchs».

D’ailleurs, ce sont trois anciennes gloires de l’organisation qui ont planifié la pratique, c’est-à-dire Yanick Lehoux, Bruno St-Jacques et Marco Charpentier. L’entraîneur-chef Martin Bernard n’avait qu’à faire entendre son sifflet entre les exercices.

«Les gars ont du plaisir. Le changement de routine leur fait du bien. Nous allons avoir de la difficulté à les débarquer de la patinoire», a dit le pilote pendant que ses poulains se déliaient encore les jambes alors que la pratique était terminée depuis quelques minutes.

Vendredi soir, l’équipe a savouré une victoire de 6 à 3 face aux Olympiques de Gatineau. Après une courte nuit, le navire est parti samedi matin, à 8 heures, de la Côte-Nord pour mettre le cap sur la Vieille Capitale. Dimanche, un duel est à l’horaire contre les Cataractes de Shawinigan.

Le gardien de but, Antoine Samuel, n’y voyait que du positif. Le natif de Lac-Etchemin, à une heure de Québec, a parlé de l’éreintant calendrier des 68 parties entre le 22 septembre et 18 mars.

«Une saison de hockey, c’est long. C’est ma troisième année dans la ligue, alors je suis habitué. Pour certains jeunes, au 40e match, les niveaux d’intensité et de motivation peuvent diminuer, alors une journée comme ça, ça fait du bien.»

Au début de la saison, le Drakkar a retiré le chandail de Lehoux, qui a profité de l’occasion pour tisser des liens avec le personnel hockey. Il a lui-même proposé l’idée de la pratique extérieure. Ensuite, il ne restait qu’à trouver le moment qui convenait le mieux au groupe.

«Si nous avions réservé plus tôt, nous aurions pu dormir tout près avant de repartir à Shawinigan dimanche, mais les chambres d’hôtel étaient déjà réservées», a informé Bernard, qui en est à son premier hiver derrière le banc de la franchise qui célèbre son 20e anniversaire.

Choix de première ronde l’été dernier, la recrue Édouard St-Laurent affirme que pour ses coéquipiers et lui, l’activité fut une belle surprise lorsqu’ils ont reçu leur horaire de la semaine. Cette jeunesse de Lévis en a également eu l’occasion de voir ses proches.

«C’est vraiment plaisant de sortir dehors! En plus, mes parents sont ici avec mon oncle et ma tante, je vais avoir l’occasion de les voir un peu avant de repartir», a dit le #25, dont la pilosité faciale trahit ses 16 ans de naissance.

Québec Hebdo